Projet Alimentaire Territorial (PAT)

Vers une consommation et une production éclairées !

Faire de Royan Atlantique un territoire nourricier en favorisant une consommation locale & des productions de qualité

Dans la continuité des actions qu’elle mène en faveur des circuits courts de proximité, au bénéfice des habitants, des scolaires et des producteurs locaux, la CARA s’engage dans l’animation d’un "Projet Alimentaire Territorial" (PAT). Ce projet collectif et transversal doit permettre de :

  • appréhender l’ensemble de la "chaîne alimentaire locale" : la CARA travaille déjà avec les producteurs en circuits courts, mais le PAT doit permettre de mieux connaître et associer d’autres maillons essentiels de la chaîne, à savoir les transformateurs et les distributeurs ;
  • accompagner la transition écologique de l’agriculture : le PAT doit permettre d’agir auprès de producteurs en circuits longs afin d’accompagner une évolution vers des pratiques plus respectueuses des producteurs, de leur environnement et des consommateurs (diversification de cultures, limitation des intrants chimiques, plantation de haies…) ;
  • mettre en place une gouvernance du PAT (comité de pilotage et groupes de travail thématiques) afin de coordonner plusieurs stratégies territoriales contribuant à une alimentation locale plus résiliente (axe agricole du PCAET, foncier agricole du SCOT, économie agricole au sein du SDEI, actions de prévention autour de la nutrition du CLS…).

Ce Projet Alimentaire Territorial (PAT) de Royan Atlantique vise à accompagner les acteurs du territoire vers une consommation et une production éclairées ! L’objectif est de faire de Royan Atlantique un territoire nourricier en favorisant une consommation locale & des productions de qualité.

Se nourrir, une aventure culturelle, économique et technique

Se nourrir est une activité qui forge depuis toujours le développement de nos sociétés. La capacité à nourrir une population, malgré des perturbations variées et non prévues, est au cœur de la vie de la cité. Pourtant, les chaînes de production alimentaire se sont complexifiées, allongées et ramifiées, et l’ensemble repose sur l’accès à des énergies fossiles. Notre avenir alimentaire se trouve fragilisé par les crises climatiques, sanitaires et socio‑économiques qui se conjuguent.

Une évolution du système alimentaire implique des changements de politiques nationales et européennes, mais les acteurs locaux disposent aussi de leviers. À travers leurs projets alimentaires territoriaux (PAT), les intercommunalités comme la nôtre souhaitent préserver des productions nourricières en s’appuyant sur tous les acteurs du système : les producteurs bien sûr, mais aussi les citoyens, les transformateurs, les distributeurs…

La réussite de ce type de démarche repose sur deux conditions essentielles, qui sont au cœur de notre PAT Royan Atlantique :

La première est une forte implication citoyenne. Les habitants doivent participer au PAT sans être cantonnés au rôle de consommateur. Malgré notre aspiration à nous nourrir d’aliments sains produits au plus près de chez nous, nous ignorons souvent tous les rouages qui permettent de remplir notre panier de courses. Un enjeu majeur du PAT est donc de créer un élan populaire, à tout âge, autour de l’alimentation territoriale et de renouer un lien plus fort entre producteurs et habitants.

La seconde relève de l’agilité expérimentale. En effet, les producteurs qui s’engagent en matière d’agroécologie, voire en polyculture‑élevage, sont de véritables chercheurs de terrain. Ils valorisent aussi bien des savoir-faire traditionnels que l’expérimentation de nouvelles pratiques. N’oublions pas les nombreux services environnementaux rendus par ces exploitations. Soutenir l’élevage extensif et consommer du sel de la Seudre, c’est aussi garantir l’entretien de nos marais, et par là même, leur rôle de gestion et filtration de l’eau !

Bonne nouvelle, ces deux enjeux sont intimement liés. Consommer local, et plus globalement renforcer le lien entre producteurs et habitants, favorise la transformation des pratiques agricoles. Les producteurs sont mieux valorisés économiquement et socialement et ont davantage d’occasion d’échanger entre pairs sur des pratiques agro‑écologiques. Tout ceci les encourage à produire mieux. De leur côté, les consommateurs reprennent le contrôle de leurs assiettes en apprenant de nouvelles choses sur les aliments, sur la façon de les produire et de les cuisiner.

Si l’évolution du système alimentaire est un challenge qui peut paraître difficile à atteindre, nous faisons le vœu que le PAT Royan Atlantique soit source de rencontres, de coopérations, d’apprentissages, et l’occasion de renouer avec nos besoins essentiels et gourmands !

Michèle Carré
Conseillère communautaire
5e membre du bureau en charge de de la ruralité et des activités agricoles et ostréicoles

DOCUMENT UTILE


Présentation
(1 page ~ 1,3 Mo)

Pôle développement et attractivité territoriale
Développement agricole, ostréicole & ruralité

Contact : Amandine Massé
Tél. : 05 46 22 19 19

a.masse@agglo-royan.fr